Uhrzeit Atomuhr
Ewiger Kalender

AIDAS Association Internationale des animaux

AIDAS Association Internationale des animaux

Informations

info@aidas.ch

Famille d'accueil

Statuts Aidas

Nos animaux à placer

Conditions d'adoption

Page d'accueil Nous aider Contactez - nous

par Nicole Niederberger


Zaratustra

Lorsqu'un chat habite chez vous.....
Cette année, notre journal a choisi d’évoquer un sujet douloureux : la difficile épreuve que subit quotidiennement l’un de nos membres. Nous allons parler de la cohabitation avec le représentant d’une espèce des plus complexes, aux manières raffinées et mystérieuses. Presque un dieu, une déesse : Zaratustra.

C’est une rouquine, aux yeux vert émeraude, bien dans ses poils, qui a la conviction d’avoir un charme irrésistible et qui n’hésite pas à s’interposer régulièrement entre le livre et son humain pour l’en faire profiter.

Terriblement démonstrative à toute heure du jour ou de la nuit. Elle insiste beaucoup sur le besoin d’attention permanent qu’ont les représentants de sa noble espèce.

Elle est également pointilleuse sur la qualité du service de maison. Il faut que son oreiller soit disposé, là, comme ça, afin que ses moustaches puissent chatouiller la joue de son humain au cas où elle serait insomniaque et aurait besoin d’exercice ou envie d’une partie de jeu.

Les collations doivent être servies à toute heure et elle menace régulièrement d’écrire à la direction de l’établissement lorsque le cuisinier essaie de s’excuser platement d’être en rupture de stock de flan au chocolat.

Le portier, lui aussi, a bien du mal à être à la hauteur. Elle doit parfois, imaginez-vous, patienter presque une minute pour qu’on lui ouvre telles porte ou fenêtre. Comme si elle n’avait que ça à faire.

La seule évocation de la possibilité qu’elle puisse ne pas être la seule représentante de son espèce la met dans une colère noire. Le moule s’est cassé après elle, affirme-t-elle. Elle serait donc plus précieuse qu’un diamant.

Elle a mis également à son service les braves toutous de la maison, qui sont autorisés à lui servir de bouillotte lorsque les
jours fraîchissent, mais attention sans trop remuer : c’est qu’elle a le sommeil léger, la chérie.

Bref, c’est une enquiquineuse collante, autoritaire et possessive. Une aristochatte, quoi.

Et voilà comment, quotidiennement, un brave humain se laisse tyranniser par cette chose haute comme trois pommes, qui sème ses poils partout, miaule de façon méprisante lorsque l'humain n’obéit pas assez vite et prend son appartement pour le Ritz.

Dépossédé de son chez lui, en proie à l’angoisse permanente de n’être pas à la hauteur des attentes de son Altesse, le propriétaire de Zaratustra semble vivre un calvaire quotidien…

L’entretien avec celui-ci s’est déroulé dans des conditions difficiles. Clandestinement. Et pour des raisons de sécurité évidentes, il tient à rester anonyme.
Nous l’appellerons X.

Sa conclusion, visiblement sincère et réfléchie, fut néanmoins stupéfiante : X est très heureux d’avoir le privilège de partager le quotidien de Zaratustra : "elle est si jolie, ça lui donne bien le droit d’être un peu capricieuse. Son côté sophistiqué est si touchant. Elle rend si bien la tendresse infinie avec laquelle elle attend d’être traitée. Et son fabuleux sens de l’humour…"

Décidément, l’intelligence émotionnelle d’un être humain nous réserve bien des surprises. On s’aperçoit que le bonheur se trouve parfois dans de petites choses, hautes comme trois pommes : les yeux vert émeraude d’un chat.